GUS / Magazine belge


VIDEOSliste_video.html
 PRESSE presse.html
PERFORMANCES - MISES EN SCENESliste_spect.html
RADIOShttp://www.radiocampusparis.org/diaphoraccord/
CV /cv.html
RÉMY YADAN /biographie.html
MENUMenu.html
ACCUEILAccueil.html
 


Rémy Yadan, a blow to the heart…


Jeune artiste français poly talentueux, Rémy Yadan  propose une voie surprenante, loin des ponctifs et formes balisées de l'art contemporain.

Vidéaste, photographe et metteur en scène, il pose un regard étonnant sur les corps et les âmes, travaillant dans un même mouvement la convulsion et le souffle, le cri et le murmure, l'obscénité et la grâce.



Formé au théâtre, il entame ensuite des études en arts plastiques qui le conduiront d'abord à la réalisation de films vidéo. Il y excelle dans la composition d'images fascinantes, dont la fabuleuse Nécropole de l'amour (2002) où il réussit dans une économie de moyen (un plan, une voix) à créer un état hypnotique quasi instantané.

La force de son regard tient au fait que d'emblée, il nous inclus dans son regard. Comme nous ouvre sa porte un hôte qui nous reçoit à sa table pour une dégustation poétique inédite. Ses vidéos captivent, tels autant d'appels enjôleurs. On n'oublie pas de si tôt la voix chaude des Transes (2000), quasi murmurée, qui soudain s'élève en un chant magnifique.



Si Rémy Yadan refuse avec raison de s'enfermer dans une identité homosexuelle ou une "culture gay", il propose néanmoins, des travaux particulièrement audacieux sur le désir et la sexualité pédérastiques, dont la performance Take This Waltz (2004) et le stupéfiant Ecce Homo (2002) présenté notamment au dernier Pink Screens Festival de Bruxelles. Filmée en caméra infrarouge dans des backrooms, cette vidéo montre sur une chanson de Bashung, une chorégraphie trouble de corps phosphorescents en suspension. "Comme dans l'exploration des profondeurs océaniques, certains plans faisant penser à des mollusques marins" dixit Yadan.

Loin d'une volonté pornographique de créer de l'excitation, Ecce Homo est une plongée abyssale révélant au final un grand désespoir, une quête de désir éperdue qui semble perdue d'avance. L'artiste y apparaît les yeux brillant de mille feux et offre à nouveau son regard au spectateur sidéré.




A 30 ans, Rémy Yadan est assurément un artiste à suivre. Son regard est aussi celui de critique dans Diaphora, une émission mensuelle consacrée à la création contemporaine sur Radio Campus Paris. Une rétrospective vidéo d'envergure aura lieu à Buenos Aires au Centre d'Art Recoleta en juillet 06. Et l'on pourra voir sa création vidéo dans les paradis aveugles de Duong Thu Huong, mis en scène par Gilles Dao au Théâtre du Tarmac en septembre 06.




F.Arends

Magazine belge "Gus" parût en juillet-août 2006





Rémy Yadan, a blow to the heart…



A multi-talented, young, French artist, Rémy Yadan cuts an extraordinary swath through contemporary art, far from the banalities of accepted forms. A video artist, photographer and director, he takes an astonishing look at the body and the soul, working simultaneously through spasms and breath, cries and murmurs, obscenities and grace.


Trained in the theatre, he followed up by studying the plastic arts, which led to his trying his hand at directing video. He excelled behind the camera,  composing enthralling images such as those in the brillant ‘’Nécropole de l’amour’’ (2002), where the masterfully manipulated minimal tools (a plan, a voice) to create an almost instantaneous hypnotic state. The strenght of his vision is based on the fact that the he draws us into it. It’s as if he opens a door to receive us at his table where we can feast on the poetry he is serving. His video captivate, much like a siren’s calls. One does not soon forget the almost murmured, simmering voice in ‘’Transes’’(2000), almost murmured, that suddenly rises to sing magnificently.


If Rémy Yadan refuses to limit himself to a homosexual identity or ‘’gay culture gay’’, he nevertheless creates particularly audacious works dealing with gay desire and sexuality. Of these are his performance Take this Waltz (2004) and the stunning Ecce Homo (2002) presented at the last edition of Pink Screens Festival Brussels. Filmed using an infrared movie camera in darkrooms, this video shows a diturbing choreography of phophorescent bodies in suspension accompagned by the music of Bashung. ‘’As in the exploration of oceanic dephts, certain scenes provoke sometimes thoughts of sea mollusks.’’ Says Yadan. Far from trying to create pornographic excitement, ‘’Ecce Homo’’, is a dive into an abyss ultimately revealing great despair, a quest of desire that seems futile from the start. The artist here appears through brilliant eyes and offers once more hi vision to the astonished spectator.


At 30, Yadan ist most definely an artist to watch. His vision is also an display as a critic for ‘’Diaphora’’, a semimonthly broadcast devoted to the contemporary creation that he hosts on Radio Campus Paris. A wide-ranging video retrospective of his work take place at Buenos Aires Cultural Center Recoleta from 7 july to July 31. Also, his video creation in ‘’Les paradis aveugles’’ by Duong Thu Huong, will be presented by Gilles Dao from October 1 to October 28 at Paris Theater of the Tarmac.




F.Arends

Belgium Magazin "Gus" in  july-august 2006


Menu
Accueil.html
Pressepresse.html