VILLA MÉDICIS

Rémy Yadan, Catherine Strasser, Yannis Kounellis

2011
image731 image1517

SÉMINAIRE DE RECHERCHE DE LA VILLA MÉDICIS 

 

Jeudi 1er décembre 2011 

11h00-13h00 / 15h00-17h00 

 

« De la pluridisciplinarité au travail de l’art » 

Rémy Yadan - Catherine Strasser, invité d’honneur Jannis Kounellis 

 

Dans le cadre du séminaire de recherche de la Villa Médicis, Remy Yadan, pensionnaire artiste, invite Catherine Strasser, ancienne pensionnaire de l’Académie de France à Rome, historienne des arts, essayiste et critique d’art, professeure à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. À travers la rencontre des deux intervenants et au regard de leurs parcours, se dessinent les principaux enjeux de la pluridisciplinarité. Rémy Yadan investit différents terrains créatifs en sollicitant à la fois le théâtre, les arts plastiques, la vidéo, la chorégraphie, la musique et la fusion de ces écritures en une totalité. Par ces préoccupations artistiques, le décloisonnement et la porosité des territoires se posent dans l’élaboration de ses recherches. Ce séminaire associera également les écrits et le travail d’une historienne des arts, Catherine Strasser, à ces expériences plastiques et scéniques. Comment la confrontation des disciplines artistiques conduit à une réflexion sur la dimension paradigmatique du travail de l’art constituera le propos principal de l’essayiste qui a souhaité inviter l’artiste Jannis Kounellis à clôturer la séance. 

 

Durant sa formation classique à l’École du Louvre et à la Sorbonne, Catherine Strasser s’engage dans l’analyse de la création contemporaine et publie ses articles dans les revues Flash art international, Artistes, L’Ane, Arte factum, Art-press… et participe à de nombreux catalogues d’expositions et ouvrages collectifs. Durant son séjour à la Villa Médicis (1987-89), elle étudie les rapports entre l’avant-garde italienne des années 60 et l’histoire de l’art. Elle rencontre ses principaux protagonistes parmi lesques Lucianno Fabro, Giulio Paolini, Giuseppe Pennone et tout particulièrement Jannis Kounellis qui vit à Rome.

 

A son retour en France, marquée par l’expérience pluridisciplinaire de la Villa Médicis, elle oriente une part de sa recherche vers les rapports entretenus par les différentes disciplines artistiques dans le cadre de la modernité. Elle publie Cirque. Pour un monde nouveau (Paris, 1991) ainsi qu’un premier essai sur l’économie du travail artistique Le Temps de la production (Strasbourg, 1996). Tout en écrivant plusieurs monographies (d’Anselm Kiefer à Fabrice Hyber ou Loris Gréaud), elle fonde en 1997 la revue Le travail de l’art, consacrée aux écrits des créateurs de toutes disciplines, qu’elle dirige. Y figurent des textes fondateurs d’artistes plasticiens, d’architectes, de compositeurs, de cinéastes, d’écrivains et de chorégraphes, accompagnés de tous les matériaux de leurs recherches : notes, esquisses, partitions... Approfondissant sa réflexion sur les concepts et pratiques du ‘travail‘ dans les arts modernes, elle publie en 2006 Du travail de l'art. Observation des œuvres et analyse du processus qui les conduit, ouvrage qui traverse un siècle et demi de productions dans les arts visuels.

 

Son dernier livre paru, Le Rapport des forces - Kounellis à Chaumont-sur-Loire, réalise une synthèse de la recherche qui l’a conduite de son étude romaine à sa théorie du travail de l’art. Depuis les années 60, où il s’est imposé comme une figure majeure de l’arte povera, Jannis Kounellis a développé une œuvre puissante, singulière, à la fois sensible et poétique, toujours en dialogue avec les lieux et les contextes qui l’accueillent. Peintre à l’origine, il ouvre sa pratique à la performance et l’installation. Internationalement reconnu, il est invité à exposer son travail et à créer des installations in situ dans le monde entier. Il a accepté de venir clôturer ce séminaire en évoquant la création exceptionnelle qu’il a réalisée pour le château de Chaumont-sur-Loire. 

image735 image734
image1516 image732
image736 image737
image1519